La note unilatérale Atos du 1er Mars 2021 l’exige. Bien que l’accord sur le temps de travail précise simplement que les salariés s’efforceront de poser 15 jours ouvrés (donc 3 semaines) sur la période, il sembre difficile d’attaquer la Direction en justice sur ce point. En effet, le droit du travail accorde à l’employeur le bénéfice de décider des dates de congé des salariés, sous réserve de consulter les représentants du personnel.