Quel bel exercice de communication auquel s’est livrée la direction qui nous présente la nouvelle politique des variables sur les salaires…
Atos a toujours poussé à des intéressements sur objectifs, c’était même l’idéologie qui tenait l’entreprise !

Mais ça c’était avant. Le groupe a décidé que tous les objectifs seraient alignés sur le cash du groupe ou de l’entité Atos / Eviden France. Bref, sur des cibles dont le salarié détenant une part variable ne peut agir…

La CGT se fend donc en CSE d’une déclaration soulignant l’absurdité du dispositif proposé :

La CGT a toujours été contre les parts variables sur salaires. La rémunération des employés ne peut être aléatoire au gré de paramètres souvent subjectifs.

 Sur la présentation de la direction sur les Business ScoreCard (BSC) 2S2024, il n’y a plus d’objectifs individuels mais que des objectifs collectifs alignés sur le cash du groupe ou les périmètre Eviden/Tech F. aux niveaux national ou européen. En résumé, un « variable personnel collectif » devient un euphémisme…

 On remarquera aussi que les intéressements des commerciaux ont un variable aligné uniquement sur le périmètre Eviden ou Tech F., mais la production est alignée sur le périmètre groupe pour partie…
Si la direction souhaitait démotiver les salariés, elle ne s’y prendrait pas autrement !

 Également, il y a cette mention répétée sur la présentation de la direction, de pouvoir modifier un indicateur ou un versement suivant des « circonstances exceptionnelles » qui ne sont pas définies !
Cela témoigne d’un arbitraire absolu sur des modifications unilatérales concernant un avenant au contrat de travail.

 La direction en oublie la base de sa méthodologie d’indicateurs SMART. Dans la présentation du calcul BSC proposé pour H2 2024, les constats sont :

  • Spécifique : les indicateurs monde Eviden/TF ou groupe sont généraux et n’ont rien de spécifique !
  • Mesurable : la direction annonce que des indicateurs peuvent ne pas être mesurables/disponibles !
  • Atteignable : les salariés ne peuvent « atteindre » une contribution directe au niveau du groupe !
  • Réaliste :     la mention : « la direction se réserve le droit d’ajuster les systèmes BSC, les KPI, le calcul                       et le paiement » démontre la permissivité qui peut être appliquée…
  • Temporel :   ce critère est bien défini pour le second semestre 2024 nonobstant si les objectifs sont                             remplacés pour « circonstances exceptionnelles », c’est donc modifiable ad libitum.

 La position de la CGT devient d’évidence, qui martèle depuis des années que les rémunérations ne peuvent être incertaines, qu’elles doivent être intégrées dans le salaire ! 

 Et aussi que le terme « collaborateur » révèle qu’il est de plus en plus suranné chez Atos/Eviden.
Les salariés sont sous contrats de subordination, et la CGT revendique que leurs salaires ne soient pas en partie variable !